Les véritables Vins de Terroir permettent de rompre de manière symbolique

avec les non-lieux de la mondialisation et de la standardisation.

L'air de rien ...

Mardi 21 janvier 2014 2 21 /01 /Jan /2014 10:53

 

     Amphibolite Nature de Jo Landron origine Muscadet versus Vin de France Melon du domaine de la Cadette (Jean Montanet) origine Bourgogne Vézelay.

 

DSCF4611

 

 

Combat de Melon ! Le Melon (nommé véritablement le Melon de Bourgogne) est un cépage d'origine bourguignonne mais que l'on trouve finalement davantage en Loire-Atlantique dans le vignoble du Muscadet. Du moins les deux cuvées se valent en terme de qualités intrinsèques : tension, salivation, pureté, matière ciselée et définition de la salinité dans les vins. Rien que ça !!

 

Le Melon du domaine de la Cadette en Bourgogne se trouve plus fragile après 24h d'ouverture. Le léger perlant évaporé, le fruit devient secondaire et laisse place à une tension plus molle et des saveurs plus évoluées (café, petite réduction...). L'Amphibolite garde sa tension et sa gourmandise, on y trouve davantage d'alcool aussi mais c'est un bonheur.

 

Bref, ces deux Melon sont géniaux je trouve. Sur vos plats iodés ou bien pour ouvrir vos papilles, voilà un bel accompagnement !

Par Jean-Charles - Publié dans : L'air de rien ...
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Dimanche 5 janvier 2014 7 05 /01 /Jan /2014 21:05

 

         Deux jus qui se goûtent particulièrement bien en ce début d'année. Le Chinon Les Picasses d'Etienne de Bonnaventure millésime 2008. Un joli Cabernet Franc racé et doté d'une acidité donnant du peps que j'aime énormément sur les vins ligériens. C'est vif, droit, vivant !

 

Et puis, direction le vignoble Toulousain avec une Négrette de Marc Pénavayre (Château Plaisance). Un rouge hyper gourmand, mûr et bien élevé. Les tanins sont d'une délicatesse, c'est sidérant. J'ai adoré cette cuvée Alabets 2011 !

 

 DSCF4598

 

Par Jean-Charles - Publié dans : L'air de rien ...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Lundi 23 septembre 2013 1 23 /09 /Sep /2013 09:07

 

     Une "Soif du Mal" dont je peux dire le plus grand bien ! Les Foulards Rouges est un domaine dans le Roussillon conduit par Jean-François Nicq. Cette cuvée d'assemblage Syrah-Grenache donne un vin juteux et marqué par une fraîcheur intense. Cela offre un vin "glouglou" (certainement issu d'une macération carbonique), sans sensation d'alcool et porté par un fruit sans artifice. Bravo !

 

DSCF4457

 

S'ensuit un magnifique Pouilly-Fuissé 2011 de Dominique et Romain Cornin situé à Chaintré dans le Mâconnais. C'est une belle découverte pour moi avec un Chardonnay dense, mûr et doté de beaux amers. A mettre certainement sur table, ce vin est nerveux malgré la richesse du Chardonnay. L'équilibre est bon, le vin se prolonge, c'est excellent !

 

 

DSCF4458

Par Jean-Charles - Publié dans : L'air de rien ...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 5 septembre 2013 4 05 /09 /Sep /2013 17:25

 

    C'est vrai que cela ne se fait pas trop... de boire un Chinon signé Philippe Alliet dans des verres en plastique mais pour info ça ne change pas le goût ! C'est diablement bon, une structure fraîche et c'est méga digeste en plus. Un 2011 équilibré avec une acidité bien en place, pour une cuvée d'entrée de gamme c'est une réussite !

 

 

DSCN4863

 

Par Jean-Charles - Publié dans : L'air de rien ...
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 29 avril 2013 1 29 /04 /Avr /2013 11:06

 

     Quelques jours après avoir goûté le Cidre 2011 de Cyril Zangs, je viens de mettre le nez sur l'un des quelques 2010 qui restent. Excellent ! Bulles fines, fruits mûrs sans exubérance. Un Cidre vineux, bavard et expressif.

 

Et puis il y a une belle Syrah issue du Rhône Nord qui viendra conforter l'idée du magnifique touché de bouche que propose les jus d'Yves Gangloff à Condrieu. Un nez quasi floral, délicat sans être en retrait. C'est fin, c'est frais avec un tactile soyeux, une belle pointe acidulée. Déjà un très grand alors qu'il ne s'agit que de très jeunes vignes. Le vin n'est pas en Côte-Rôtie comme habituellement au domaine mais en simple IGP des Collines Rhodaniennes. Tout comme les petits bonhommes sur l'étiquette, on a envie de se jeter dans les petits grains de Syrah.

 

DSCF4211[1]

 

 

Par Jean-Charles - Publié dans : L'air de rien ...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Dimanche 14 avril 2013 7 14 /04 /Avr /2013 20:11

 

 

 

DSCF4183

 

En image tout simplement

Par Jean-Charles - Publié dans : L'air de rien ...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 19 mars 2013 2 19 /03 /Mars /2013 20:45

 

     Comme souvent les vins que je défends ont des phases où certains se goûtent mieux que d'autres à une certain moment donné. Parfois on est surpris, parfois déçu, parfois en phase avec le vin lui-même. La dégustation commença avec un Champagne Jacquesson n°735. A l'aveugle, je suis vite perdu car en quelques minutes cet effervescent se transforme en vin. C'est donc vineux, mûr, légèrement gras et très long. Je penche pour un Chardonnay style Crémant du Jura de chez Alain Labet ou encore un Chenin élevé longtemps sur latte avec très peu de gaz carbonique. Bref, complètement à côté de la plaque... S'ensuit un Côt de chez Noëlla Morantin en Touraine. Un vin où il semble difficile de donner un terroir ou même un simple cépage tellement ce 2011 était marqué par la volatile. La texture reste fraîche, c'est clairement un joli jus mais un poil dommage du fait que la volatile masque beaucoup de belles choses dans le vin.

 

DSCF4029[1]

 

 

Un autre rouge fut surprenant. L'olivette du Clos Marie du côté de Pic Saint Loup. Un peu sur le contenant au départ avec des sensations de vieux bois. Pas beaucoup d'émotions pour ce 2011 qui semble encore fermé malgré un matière noble donnant un vin au joli potentiel.

 

Mais le sourire est vite revenu avec ce En Chalasse de Julien Labet ! Un Trousseau tout simplement trop bon !! Quel jus, quelle fraîcheur, quelle tonicité ! Si la bouteille aurait été un magnum on l'aurait bu quand même. Un vin digeste à souhait ! La quille de la soirée...

Par Jean-Charles - Publié dans : L'air de rien ...
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Dimanche 3 mars 2013 7 03 /03 /Mars /2013 20:32

 

     Le dernier millésime vinifié du regretté Didier Dagueneau, vigneron sur les appellations Pouilly-Fumé et Sancerre, était en 2007. Le domaine continu son oeuvre grâce aux enfants Louis-Benjamin et Charlotte. La bouteille en question est donc un 2007 de Pouilly-Fumé (cuvée "Blanc Fumé"). Servi à l'aveugle, les idées fusent ! Chablis des De Moor, Riesling de Deiss voir d'Ostertag ou encore Chardonnay du Mâconnais. Une avalanche de questions et une claque lors du dévoilement de la bouteille. Du Sauvignon comme celui-là je n'en ai rarement goûté. Une énorme pureté, de la caillasse... C'est droit de chez droit et surtout doté d'une matière précise, très longue pour donner un vin cristallin à l'esprit intact. Magique !

 

 

DSCF4016

 

 

 

Juste derrière ce bijou, venait également à l'aveugle un Brézé du célèbre et intouchable Clos Rougeard. Les sensations des dégustateurs se portèrent davantage vers des matières beurrées voir un peu lactées et une forte sensation de bois olfactivement. La plupart se sont donc portés légitimement vers des vins types Meursault. Mince alors, ce n'est pas un Chardonnay mais bel et bien un Chenin. Le Chenin qui semble le plus dur à trouver et acheter d'ailleurs. Essayez donc ! Bref, la bouche relève un nez un peu mou grâce à une grosse tension. C'est également très pur et long. Remarquable mais à l'unanimité loin derrière le Pouilly-Fumé 2007 de Didier Dagueneau. Le mythe Clos Rougeard n'est pas près de tomber et heureusement au vu de la qualité des vins de Saumur et Saumur-Champigny que les Frères Foucault produisent. Mais parfois il ne faut pas trop s'extasier et se dire qu'il y en a d'autres qui travaillent bien ! Cela va sans dire... Et ce n'est pas ce qui manque sur cette belle appellation de Saumur-Champigny (Antoine Sanzay, Sylvain Dittière, Thierry Germain, Jean-Noël Millon, Sébastien Bobinet, etc).

 

 

 

DSCF4015

 

Par Jean-Charles - Publié dans : L'air de rien ...
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Lundi 22 octobre 2012 1 22 /10 /Oct /2012 17:45

 

    Nez citronné avec une pointe réduite puis minérale. Un Chenin pur qui s'ouvre harmonieusement sur une grande tension gustative et une finale salivante ... Rien à ajouter !

 

 

DSCF3830

 

 

Par Jean-Charles - Publié dans : L'air de rien ...
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Dimanche 23 septembre 2012 7 23 /09 /Sep /2012 16:26

 

     Mon palais me rappelle régulièrement que les "coups de coeur" sont nombreux - et depuis des années - pour les vins de Loire. Moult découvertes de vins et vignerons inspirés dans une région qui a trouvé un second souffle depuis quelques années maintenant. Les vins de Didier Dagueneau, des Frères Foucault (Clos Rougeard), de Guy Bossard, de Claude Coutois, d'Hémile Hérédia, de Patrick Baudouin, de Mark Angeli, de René Mosse, de Catherine et Pierre Breton ou encore de Didier Chaffardon et des Frères Puzelat ont forgé un second couteau de plus jeunes vignerons qui s'installent ici ou là au gré des terroirs ligériens. Cette nouvelle vision pour le vin de demain est en place. La jeune génération se remet sans arrêt en question dans les vignes, elle travaille ses sols, dessine un cap, guide ses vins, les écoute et boit ceux des autres. Cette ouverture d'esprit en Loire ou ailleurs, mon palais y croit dur comme fer lorsqu'il goûte les vins ligériens de Sébastien David, Jérôme Bretaudeau, Cyril et Fabien Boisard, Richard Leroy, Nadège et Laurent Herbel, Lise et Bertrand Jousset, Antoine Sanzay, Sylvain Dittière, Charlotte Battais, Alexandre Bain, Marc Pesnot, Olivier Lemasson ou encore Sébastien Riffault sans oublier ... tous les autres.

 

DSCF3807

 

 

L'envie d'écrire ce post m'est venue hier soir après avoir bu deux canons Angevins qui foisonnent. D'abord l'aérien et la digestibilité du "P'tit Luchini". Une bouteille de rouge produite par le couple CanadoJaponisant Mai & Kenji Hodgson. Une bombe de jus de raisin frais qui fait vibrer les papilles. Le vin qui rafraîchit par excellence. Le touché de bouche est gracieux, la tension est là même pour un rouge, bref Génial !

 

 

DSCF3810

 

 

Et puis il y a eu cet "Echalier" de Nicolas Bertin & Geneviève Delatte. Un chenin qui m'a bluffé (encore une fois). A la fois la puissance du Chenin et son pouvoir de précision. Dire à l'aveugle qu'il s'agissait d'un vin de Richard Leroy n'aurait pas été une immense erreur. C'est tendu, très salivant et diable de pureté. J'aime ce genre de blanc, à la fois énergique et porteur d'un message. On ne ressort pas indemne de ce genre de dégustation - et souvent même - l'envie de goûter tous les autres vignerons qui font (re)vivre la future terre de nos enfants devient une évidence.

Par Jean-Charles - Publié dans : L'air de rien ...
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Derniers Commentaires

Rechercher

Syndication

  • Flux RSS des articles
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés